Site du futur centre de biomasse de Galmiz © Pro Natura Fribourg

Recours contre la modification de l'accès routier au centre de biomasse contesté à Galmiz

14.01.2020

Pro Natura Fribourg demande de suspendre la modification de l'accès routier au centre de biomasse contesté à Galmiz. Ce dernier projet fait l'objet d'une procédure juridique ouverte en raison de ses nombreux impacts sur la nature et le paysage. Par ailleurs, l'organisation environnementale demande aux autorités de prendre des mesures afin de réduire les accidents avec la faune le long du tronçon routier.

En date du 4 octobre 2019, la commune de Galmiz a mis à l'enquête une modification de la route cantonale reliant Morat à Sugiez, en vue d'y créer un accès pour le centre de biomasse projeté au bord du bois du Chablais. Cette mise à l'enquête est surprenante puisqu'une procédure juridique est en cours concernant le centre de biomasse lui-même, dont la localisation est fortement contestable d'un point de vue de la protection de la nature et du paysage. Le centre de biomasse projeté se trouve en effet au milieu d'un corridor à faune et en bordure d'une zone alluviale d'importance nationale.

Pro Natura Fribourg, dans un recours commun avec Birdlife et la Fondation pour la protection et l'aménagement du paysage, demande donc de suspendre la procédure d'autorisation du projet routier et de la subordonner à celle du centre de biomasse, afin de respecter la coordination des procédures. Par ailleurs, elle relève que le choix de la variante d'accès routier n'a pas tenu compte de la présence du corridor à faune d'importance supra-régionale.

Les organisations environnementales profitent de cette affaire pour rappeler que le tronçon routier en question est celui qui engendre chaque année le plus d'accidents avec la faune à l'échelle cantonale, mettant en danger à la fois les espèces sauvages et les automobilistes. Elles demandent aux autorités de prendre rapidement des mesures, de façon indépendante du projet de centre de biomasse, afin de réduire les accidents avec la faune. Faire passer la vitesse maximale de 80 km/h à 60 km/h serait par exemple une première étape vers cet objectif.

Marc Vonlanthen
Président
079 707 01 80


Cela pourrait aussi vous intéresser

Affiche déchets

Sensibiliser le public à la problématique du «littering».

Cours d'eau © Pro Natura

04.03.2019

A notre sujet

Pro Natura Fribourg